N°46

 
dernière parution

La vérité sur la manipulation mentale

jeudi 18 août 2005

La vérité sur la manipulation mentale

JPEG - 9.1 ko
Le Dr Colin Ross
auteur de Bluebird : la création délibérée de personnalités multiples par la psychiatrie a déclaré à Éthique et Liberté : « La psychiatrie mérite d’être condamnée pour son rôle moteur dans le développement du contrôle mental ».

De nos jours, il ne se passe pas une seule semaine sans que les médias annoncent que quelque part en France ou dans un des pays « développés » un crime horrible et « inexplicable » a été commis (voir l’article La psychiatrie à l’assaut de la société en page 1). En examinant de plus près la situation, il apparaît que le plus souvent le meurtrier était sous l’emprise d’une drogue altérant le système nerveux, du même type que celles couramment prescrites dans les hôpitaux psychiatriques.

Prenons le cas d’Isabelle Servier, condamnée le 31 mars 2005 à cinq ans de prison. Le 18 décembre 1999, cette femme, fille du fondateur des laboratoires pharmaceutiques Servier, tuait son mari à coups de hache, dans une bouffée de violence incontrôlée. Quelques heures avant d’avoir commis son crime, elle avait pris huit anxiolytiques différents, les mêmes que ceux que les psychiatres prescrivent au titre d’un « traitement médical ». Une des sommités de la psychiatrie témoigna à son procès et admit que ce « type de médicament » pouvait désinhiber le patient, laissant libre cours à ses impulsions morbides. De plus en plus d’études scientifiques mettent en évidence le fait que les drogues psychiatriques peuvent modifier de façon très dangereuse la personnalité de ceux à qui elles sont prescrites.

Ainsi, il apparaît que dans le champ de la « santé mentale », les patients sont en fait affaiblis et soumis à des « traitements » consistant en prises de drogues puissantes, parfois combinées avec des électrochocs ou des opérations de psychochirurgie. Sur une base arbitraire, les patients sont en fait privés de leur droit le plus fondamental : le droit à leur intégrité mentale.

Les scientologues sont à la pointe du combat contre les abus de la psychiatrie. En 1969 ils fondèrent, avec le psychiatre Thomas Szasz, la Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme (CCDH). Depuis, des milliers de scientologues travaillant dans les 130 antennes de cette commission, présente dans plus de 30 pays, s’activent à dénoncer les violations des droits de l’homme dans le domaine de la santé mentale et à poursuivre leurs auteurs devant les tribunaux.

L’origine de ce combat remonte au début des années cinquante, lorsque le fondateur de la Scientologie, Ron Hubbard, découvrit que seule une combinaison de douleur, de drogue et d’hypnose pouvait conduire à une véritable manipulation mentale. Il découvrit que derrière les actes les plus fous et les crimes les plus horribles se trouvait l’un au moins de ces trois facteurs.

Les scientologues dénoncent la véritable manipulation mentale

Dans les différentes antennes de CCDH, les scientologues non seulement dénoncent sans relâche les abus qui portent atteinte à l’intégrité physique et mentale de l’homme mais encore informent le public sur ces abus (voir l’article Une planification stratégique pour la santé mentale).

La soif de pouvoir et la rage de vaincre ont parfois conduit des armées ou des gouvernements à violer les droits les plus fondamentaux.

Il est difficile d’oublier les horreurs des camps de concentration nazis. Moins connues sont les atrocités commises par les nazis sur les faibles ou les gens de religion « différente ». Des expériences psychiatriques furent menées sur cette population, destinées à tester les réactions humaines à différents stimuli ou à déterminer la résistance à des actes de torture.

Ceux qui ont survécu à de telles expériences n’osent même plus les évoquer. Mais les expériences psychiatriques nazies ne sont pas mortes avec ce régime honni.

Tout au long de l’après-guerre, les services secrets ont conçu de sinistres programmes pour mettre au point des armes de guerre psychiatriques redoutables allant de l’administration de LSD à l’implantation d’électrodes dans le cerveau. Ces armes barbares, associant une combinaison variable de drogues, de douleur et d’hypnose, constituent la façon secrète de manipuler mentalement une personne et de détruire son libre arbitre.

Dans les années cinquante, au cours de la guerre de Corée, les services secrets américains poursuivirent les expériences de « programmation » et de « déprogrammation » d’un individu qu’ils avaient entamées pendant la seconde guerre mondiale.

La récente adaptation au cinéma du roman « Le candidat manchou » écrit en 1959 par Richard Condon illustre ces techniques, utilisées par les deux protagonistes de la guerre froide. Des témoignages de victimes et de leurs bourreaux montrent que de 1950 à 1972, la CIA a expérimenté de telles techniques à leur insu sur des centaines de citoyens américains et canadiens. Beaucoup ont dû être dédommagés par le gouvernement.

Colin Ross, un médecin canadien, raconte comment des enfants furent emmenés dans des laboratoires et furent soumis à des traitements comprenant l’administration de drogues puissantes et d’hypnose combinée à des viols ou autres actions physiques violentes, traitements destinés à leur forger une personnalité artificielle. Le Dr Ross faisait référence à des projets secrets ayant pour noms de code « Bluebird », « Artichoke », « MK Ultra », « MK Search », etc.

Voici ce qu’écrivit sur le projet « Bluebird » le quotidien anglais The Guardian, le 12 mai 1979 : « Les documents faisant référence au projet Bluebird furent obtenus par l’Église de Scientologie qui fait campagne contre les abus psychiatriques commis par les agences du gouvernement ou la communauté scientifique. »

À l’avant-garde du combat pour les droits de l’Homme

Ron Hubbard fut le premier à enquêter et à révéler ces expériences dévastatrices de contrôle mental de l’après-guerre. Déjà, en 1951, il écrivait dans son livre Science de la Survie :

« Il y a une autre forme d’hypnotisme qui se situe entre l’opération chirurgicale et l’hypnotisme direct sans douleur physique. Cette forme d’hypnotisme a été un secret soigneusement caché par certaines organisations militaires et certains services de renseignements. C’est une arme de guerre vicieuse et peut-être d’une utilité bien plus grande que la bombe atomique pour conquérir une société. Ce n’est pas une exagération. L’envergure de l’utilisation de cette forme d’hypnotisme dans le travail d’espionnage est aujourd’hui si grande qu’il y a longtemps que les gens auraient dû s’en inquiéter. Il a fallu la procédure de Dianétique [1] pour découvrir la douleur-drogue-hypnose. Sans cela, la douleur-drogue-hypnose restait invisible, insoupçonnée et inconnue. »

Ainsi, depuis les débuts de la Dianétique, les scientologues se sont opposés à l’usage des drogues et de l’hypnose. Aujourd’hui, à travers la CCDH, ils combattent sans relâche la « manipulation mentale » qui se déroule chaque jour derrière les murs des hôpitaux psychiatriques, en France et dans les autres pays, sous la forme de « traitements » consistant à administrer des drogues puissantes modifiant le système nerveux central, de violences ou de « traitements » aussi barbares que les électrochocs. Grâce aux efforts de la CCDH, l’usage de telles pratiques a commencé à être restreint dans de nombreux pays comme l’Australie, les États-Unis, le Japon, l’Italie ou le Danemark. Mais les exemples récents de crimes horribles commis sous drogues psychiatriques montrent que le combat pour venir à bout de la manipulation mentale psychiatrique est loin d’être terminé.

Michel Raoust

Recherche

Brèves

Célébration de la journée mondiale de l’aide humanitaire (Vidéo)
jeudi 28 août 2014

Célébration de la journée mondiale de l’aide humanitaire (Vidéo)  >>lire la suite...

Notre lettre d’information d’avril 2014 est parue
jeudi 1er mai 2014

Sommaire : La Scientologie reconnue comme religion au Royaume Uni La Scientologie inaugure son nouveau centre spirituel, une cathédrale pour le futur L’Eglise de Scientologie lance une campagne d’information sur les actions humanitaires de ses « ministres volontaires » Lire la lettre  >>lire la suite...

17 Octobre : NOUVELLE RECONNAISSANCE DE LA SCIENTOLOGIE EN EUROPE
jeudi 17 octobre 2013

LA SCIENTOLOGIE EST PLEINEMENT RECONNUE COMME RELIGION ET ASSOCIATION D’UTILITE PUBLIQUE EN HOLLANDE La Cour d’Appel fiscale d’Amsterdam a rendu aujourd’hui 17 octobre 2013 une décision historique dans laquelle elle conclut que : « L’Eglise de Scientologie d’Amsterdam est confirmée comme étant une  >>lire la suite...

L’Eglise de Scientologie annonce porter l’affaire devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme, « loin des pressions de l’exécutif »
mercredi 16 octobre 2013

Cet arrêt est une première victoire en ce sens qu’il a définitivement débouté l’unique partie civile, l’association UNADFI, qui était venue polluer les débats illégalement tout au long du procès. En ce qui concerne le rejet du pourvoi, c’est une opportunité qui nous est offerte de porter cette affaire  >>lire la suite...

OSCE - L’Eglise de Scientologie dénonce : les pouvoirs publics français tentent d’exporter leur politique d’intolérance en Europe
mardi 15 octobre 2013

Lors de la Conférence d’examen sur la dimension humaine de l’OSCE, qui s’est tenue à Varsovie du 23/9 au 4/10/2013, l’Eglise de Scientologie a rappelé les tentatives répétées de la Miviludes pour convaincre les voisins européens de la France du bien-fondé de sa politique d’intolérance à l’encontre des  >>lire la suite...

Interview de Bashy Quraishy : le célèbre journaliste et militant des droits de l’homme a été pris à partie lors de la Conférence annuelle de la FECRIS à Copenhague
mercredi 9 octobre 2013

1. Qui est Bashy Quraishy ? 2. Résumé de quelques extraits 1. Qui est Bashy Quraishy ? Il est né en Inde, mais a grandi au Pakistan. Il est membre de plusieurs commissions, comités et conseils concernant les Droits de l’homme, les questions d’égalité ethnique ou religieuse, l’anti-racisme,  >>lire la suite...

Dernière vidéo

* MIVILUDES : La vérité sur des mensonges
* MIVILUDES : La vérité sur des mensonges

Ouvrages et dossiers

  • Les reconnaissance religieuses de la Scientologie en Europe et dans le monde Les reconnaissance religieuses de la Scientologie en Europe et dans le monde
  • The new heretics of France The new heretics of France
  • Réveil du religieux, éveil de la société Réveil du religieux, éveil de la société
  • France 2012, Inquisition en bande organisée France 2012, Inquisition en bande organisée
  • Liberté d'accès aux documents administratifs Liberté d’accès aux documents administratifs
  • La liste noire, un rapport sous influence La liste noire, un rapport sous influence