N°46

 
dernière parution
Accueil Ouvrages et dossiers LA PSYCHIATRIE ET LES CHASSEURS DE "SECTES"

LA PSYCHIATRIE ET LES CHASSEURS DE "SECTES"

mercredi 7 février 2007

INTRODUCTION OPERATION MIND CONTROL

Il plonge le lecteur dans le monde terrifiant et inhumain de la psychiatrie et des services secrets, où toute considération pour l’individu est écrasée au profit d’une recherche frénétique en vue du contrôle mental des populations de ce globe.

L’auteur démontre comment la psychiatrie a littéralement mis en place au fil des années des éléments criminels au sein des gouvernements, possédant des techniques qui contribuent au maintien des pouvoirs en place et au contrôle des citoyens.

On y cite notamment les recherches et expériences réalisées par les services de renseignement américains - la CIA (Central Intelligence Agency) - sur des cobayes humains, dans le but de mettre au point un système de contrôle mental.

Les premiers projets et programmes - ultra-confidentiels - avaient pour noms de code Bluebird, Artichoke et MK-Ultra. Leur but était, comme le dit Gordon THOMAS, "d’investiguer comment il peut être possible de modifier le comportement d’un individu par des moyens "couverts" (on y faisait appel aux drogues, à l’hypnose, aux chocs électriques sur le cerveau et à d’autres formes de manipulation mentale).

Ces programmes qui virent le jour au sein des services de renseignement de la marine américaine, passèrent ensuite sous le contrôle de la CIA à la fin des années quarante.

L’alliance entre la psychiatrie et la CIA débuta alors que la menace du "lavage de cerveau communiste" était présentée comme le danger le plus terrifiant que pouvait rencontrer la communauté du renseignement occidentale.

La plupart de ces programmes commencèrent durant la guerre de Corée et furent "justifiés" par les tentatives des Coréens d’endoctrinement des prisonniers de guerre américains au marxisme et d’autres incidents similaires. Puisque les communistes le faisaient, la Centrale de Renseignement américaine se devait de ne pas prendre de retard, et si possible, de devancer les soviétiques dans ce domaine. La CIA était alors une organisation exempte de tout contrôle, qui disposait de fonds pratiquement illimités. Une centaine de psychiatres furent ainsi utilisés aux Etats-Unis et ailleurs.

La CIA avait dans les années soixante établi un réseau de sociétés "écrans" qui lui permettait de financer toutes sortes de projets. Des psychiatres furent recrutés pour mener des expériences sur des cobayes humains afin de mettre au point des techniques de contrôle des individus, dans le cadre d’objectifs propres aux services secrets.

Comment effacer la mémoire d’un agent secret une fois une opération terminée ; comment résister à des interrogatoires et à la torture ; comment faire plier la volonté de quelqu’un ou comment le rendre fou en quelques minutes par l’injection de drogues spéciales pénétrant par les pores de la peau ; tels étaient quelques-uns des objectifs de l’agence américaine. La plupart des techniques revenaient à utiliser une combinaison de drogues hyper puissantes, d’hypnose et d’électrochocs, ce qui permettait à ces psychiatres d’atteindre parfois leurs buts, mais au détriment de la vie des personnes sur lesquelles ces expériences étaient tentées.

Deux des objectifs les plus spectaculaires atteints par ces psychiatres furent la fabrication de tueurs psychopathes qui se suicidaient après avoir commis leur crime, et les vastes manipulations de foule sur les campus américains dans les années soixante-dix ayant pour but la dépolitisation des étudiants par l’emploi de certaines drogues dont le LSD. Plusieurs ouvrages ont traité du sujet, et leur publication à la fin des années soixante-dix devait susciter des enquêtes parlementaires très poussées. Ceci a contribué pour une grande part à la reprise en main de la CIA par l’Etat en forçant celle-là à obtenir l’approbation de membres représentatifs du Congrès avant de se lancer dans des opérations d’envergure.

Dans son exposé, Gordon THOMAS met en cause des psychiatres bien spécifiques, comme par exemple le Dr Ewen CAMERON, qui au sein de l’Université Mac Guill à Montréal détruisit des centaines d’individus par injections répétées de produits comme le LSD, l’administration d’électrochocs sur ces mêmes "patients" et la pratique de lobotomies pendant que, dans leurs moments de repos, les "sujets" étaient forcés à écouter leurs propres confessions sur bandes magnétiques à l’aide de casques attachés autour de la tête.

La conception qu’avait CAMERON de l’esprit humain était plus que simpliste, mais très significative. Le mental était pour lui une sorte de bande magnétique qui pouvait être effacée puis re-programmée à volonté. Il suffisait d’en effacer quelques grandes parties à coups d’électrochocs et d’autres techniques du même genre pour ensuite, sous hypnose, reconstruire la personnalité d’un sujet. CAMERON appelait lui-même ces techniques "depatterning" et "reprogramming".

Les expériences du Docteur CAMERON décrites dans ce livre sont insoutenables et comparables aux atrocités nazies commises par les docteurs fous qui opéraient dans les camps de concentration. Beaucoup de "patients" sont morts à la suite de ces expériences et d’autres furent handicapés à vie. Récemment, à l’issue d’un très long procès qui s’est déroulé au Canada, la CIA a dû verser plusieurs millions de dommages-et-intérêts à certaines des victimes ayant survécu à cette boucherie.

Mais le plus remarquable, c’est que CAMERON était loin d’être un petit psychiatre obscur. A cette époque, il était probablement le spécialiste le plus célèbre en Occident, et il occupa même des fonctions éminentes telles que la présidence de l’Association Mondiale de Psychiatrie.

Parmi la centaine de psychiatres américains recrutés par la CIA, certains ont acquis par la suite des positions importantes au sein de la communauté scientifique américaine. Quelques-uns d’entre eux se sont spécialisés dans un militantisme idéologique particulier, passant sous silence leurs activités liées au renseignement. Ce sont ces psychiatres, et plus particulièrement leurs liens avec les services secrets américains, ce qu’ils ont suscité depuis les 15 dernières années et leur idéologie, que nous allons examiner dans cette étude.

Ouvrir le rapport (44 pages au format Pdf)

Recherche

Brèves

Célébration de la journée mondiale de l’aide humanitaire (Vidéo)
jeudi 28 août 2014

Célébration de la journée mondiale de l’aide humanitaire (Vidéo)  >>lire la suite...

Notre lettre d’information d’avril 2014 est parue
jeudi 1er mai 2014

Sommaire : La Scientologie reconnue comme religion au Royaume Uni La Scientologie inaugure son nouveau centre spirituel, une cathédrale pour le futur L’Eglise de Scientologie lance une campagne d’information sur les actions humanitaires de ses « ministres volontaires » Lire la lettre  >>lire la suite...

17 Octobre : NOUVELLE RECONNAISSANCE DE LA SCIENTOLOGIE EN EUROPE
jeudi 17 octobre 2013

LA SCIENTOLOGIE EST PLEINEMENT RECONNUE COMME RELIGION ET ASSOCIATION D’UTILITE PUBLIQUE EN HOLLANDE La Cour d’Appel fiscale d’Amsterdam a rendu aujourd’hui 17 octobre 2013 une décision historique dans laquelle elle conclut que : « L’Eglise de Scientologie d’Amsterdam est confirmée comme étant une  >>lire la suite...

L’Eglise de Scientologie annonce porter l’affaire devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme, « loin des pressions de l’exécutif »
mercredi 16 octobre 2013

Cet arrêt est une première victoire en ce sens qu’il a définitivement débouté l’unique partie civile, l’association UNADFI, qui était venue polluer les débats illégalement tout au long du procès. En ce qui concerne le rejet du pourvoi, c’est une opportunité qui nous est offerte de porter cette affaire  >>lire la suite...

OSCE - L’Eglise de Scientologie dénonce : les pouvoirs publics français tentent d’exporter leur politique d’intolérance en Europe
mardi 15 octobre 2013

Lors de la Conférence d’examen sur la dimension humaine de l’OSCE, qui s’est tenue à Varsovie du 23/9 au 4/10/2013, l’Eglise de Scientologie a rappelé les tentatives répétées de la Miviludes pour convaincre les voisins européens de la France du bien-fondé de sa politique d’intolérance à l’encontre des  >>lire la suite...

Interview de Bashy Quraishy : le célèbre journaliste et militant des droits de l’homme a été pris à partie lors de la Conférence annuelle de la FECRIS à Copenhague
mercredi 9 octobre 2013

1. Qui est Bashy Quraishy ? 2. Résumé de quelques extraits 1. Qui est Bashy Quraishy ? Il est né en Inde, mais a grandi au Pakistan. Il est membre de plusieurs commissions, comités et conseils concernant les Droits de l’homme, les questions d’égalité ethnique ou religieuse, l’anti-racisme,  >>lire la suite...

Dernière vidéo

* MIVILUDES : La vérité sur des mensonges
* MIVILUDES : La vérité sur des mensonges

Ouvrages et dossiers

  • Les reconnaissance religieuses de la Scientologie en Europe et dans le monde Les reconnaissance religieuses de la Scientologie en Europe et dans le monde
  • The new heretics of France The new heretics of France
  • Réveil du religieux, éveil de la société Réveil du religieux, éveil de la société
  • France 2012, Inquisition en bande organisée France 2012, Inquisition en bande organisée
  • Liberté d'accès aux documents administratifs Liberté d’accès aux documents administratifs
  • La liste noire, un rapport sous influence La liste noire, un rapport sous influence