N°46

 
dernière parution
Accueil Transparence administrative La loi sur le libre accès aux documents administratifs

La loi sur le libre accès aux documents administratifs

dimanche 22 mai 2005

Vous voulez obtenir une copie de votre dossier fiscal détenu par le service des impôts ? Le budget et les comptes d’une association privée subventionnée par un ministère ? Le compte rendu financier qui atteste de la conformité des dépenses effectuées à l’objet de la subvention ? L’enregistrement sonore des délibérations d’un conseil municipal ? Une disquette de la liste des agents d’un service administratif ? Un rapport établi par une administration ? Des courriers détenus par l’administration, relatifs à une activité administrative ?

La loi française régissant l’accès aux documents administratifs vous permet d’obtenir tous ces documents ! Cet accès est régi en France par la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978. Le dispositif d’accès a été étendu et amélioré par la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 qui a inclus dans son champ les documents administratifs contenant des informations nominatives, les fichiers informatiques et les documents numérisés des administrations, et qui a précisé les obligations des autorités administratives en matière de communication de documents.

Les principales dispositions de la loi du 17 juillet 1978

L’article 1 précise quels sont les documents administratifs communicables et quelles formes ils peuvent revêtir. Selon cet article, sont considérés comme documents administratifs les « dossiers, rapports, études, comptes rendus, procès-verbaux, statistiques, directives, instructions, circulaires, notes et réponses ministérielles qui comportent une interprétation du droit positif ou une description des procédures administratives, avis, prévisions et décisions, qui émanent de l’État, des collectivités territoriales, des établissements publics ou des organismes de droit public ou privé chargés de la gestion d’un service public. Ces documents peuvent revêtir la forme d’écrits, d’enregistrements sonores ou visuels, de documents existant sur support informatique ou pouvant être obtenus par un traitement automatisé d’usage courant ».

L’article 2 précise que les documents administratifs, pour être communicables, doivent être achevés au moment où la demande est faite. Par ailleurs, si les documents ont fait l’objet d’une diffusion publique, le droit d’accès ne s’exerce plus (le demandeur doit alors consulter ces documents dans un centre de documentation ou une bibliothèque). Un document réalisé par l’administration pour le compte d’une personne ou d’une société, dans le cadre d’un contrat de prestation de service, n’est pas considéré comme un document administratif. L’article 2 précise aussi que l’administration n’est pas tenue de donner suite aux « demandes abusives ».

L’article 3 dispose que toute personne a le droit de connaître les informations qui la concernent contenues dans un document administratif si ce document est utilisé pour fonder une décision que la personne conteste. La personne peut faire part de ses observations à l’administration qui doit alors les consigner en annexe du document litigieux.

L’article 4 précise que le demandeur d’un document administratif peut soit aller consulter le document sur place, soit se faire envoyer une copie du document à ses frais, le tarif de reproduction étant précisé par décret.

L’article 5 précise que la « Commission d’accès aux documents administratifs » (CADA) est chargée de veiller au respect de la liberté d’accès aux documents administratifs dans les conditions prévues par la loi du 17 juillet 1978. La CADA peut être saisie par toute personne, physique ou morale (société, association...) et par l’administration. Elle émet uniquement des avis. La saisine de la CADA est un préalable obligatoire avant toute action en justice. La CADA produit un rapport annuel d’activité (rubrique Publications).

L’article 5-1 précise que la CADA est également compétente pour examiner les questions relatives à l’accès aux documents administratifs lorsque cet accès est régi par des dispositions légales spécifiques, qui complètent ou remplacent les dispositions générales de la loi du 17 juillet 1978.

L’article 6 précise les documents administratifs qui ne sont pas communicables, tels ceux dont la communication porterait atteinte à l’intérêt général (documents dont la communication porterait atteinte au secret des délibérations du gouvernement, au secret de la défense nationale, à la conduite de la politique extérieure de la France, à la sûreté de l’État, à la sécurité publique ou à la sécurité des personnes, ...). L’article 6 précise aussi les documents administratifs qui ne sont communicables qu’à l’intéressé car contenant des informations relatives à sa vie privée, sa santé, son comportement ou des informations dont la communication porterait atteinte au secret en matière commerciale ou industrielle.

L’article 7 précise encore que lorsqu’il y a refus formel de communication d’un document par l’administration, ce refus doit être notifié par écrit au demandeur et motivé. En cas de recours contentieux, le juge administratif a un délai de six mois pour statuer, à compter de l’enregistrement de la plainte.

L’article 10 de la loi du 12 avril 2000 a étendu le droit d’accès à des documents qui n’entraient pas jusque là dans le champ de la loi du 17 juillet 1978 car il ne s’agissait pas de documents « administratifs ». Il s’agit des documents suivants ayant trait au versement de subventions publiques à des organismes de droit privé : la convention conclue entre l’autorité administrative qui accorde une subvention et l’organisme de droit privé qui en bénéficie, convention qui est obligatoire lorsque la subvention dépasse un seuil défini par décret ; le compte rendu financier qui atteste de la conformité des dépenses effectuées à l’objet de la subvention ; le budget et les comptes de l’organisme ayant reçu la subvention. Ces documents sont librement communicables. Ils peuvent être demandés à l’autorité administrative qui a accordé la subvention ou à toute autre autorité administrative qui détient ces documents. La CADA est habilitée à intervenir.

Michel Raoust

Recherche

Brèves

Célébration de la journée mondiale de l’aide humanitaire (Vidéo)
jeudi 28 août 2014

Célébration de la journée mondiale de l’aide humanitaire (Vidéo)  >>lire la suite...

Notre lettre d’information d’avril 2014 est parue
jeudi 1er mai 2014

Sommaire : La Scientologie reconnue comme religion au Royaume Uni La Scientologie inaugure son nouveau centre spirituel, une cathédrale pour le futur L’Eglise de Scientologie lance une campagne d’information sur les actions humanitaires de ses « ministres volontaires » Lire la lettre  >>lire la suite...

17 Octobre : NOUVELLE RECONNAISSANCE DE LA SCIENTOLOGIE EN EUROPE
jeudi 17 octobre 2013

LA SCIENTOLOGIE EST PLEINEMENT RECONNUE COMME RELIGION ET ASSOCIATION D’UTILITE PUBLIQUE EN HOLLANDE La Cour d’Appel fiscale d’Amsterdam a rendu aujourd’hui 17 octobre 2013 une décision historique dans laquelle elle conclut que : « L’Eglise de Scientologie d’Amsterdam est confirmée comme étant une  >>lire la suite...

L’Eglise de Scientologie annonce porter l’affaire devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme, « loin des pressions de l’exécutif »
mercredi 16 octobre 2013

Cet arrêt est une première victoire en ce sens qu’il a définitivement débouté l’unique partie civile, l’association UNADFI, qui était venue polluer les débats illégalement tout au long du procès. En ce qui concerne le rejet du pourvoi, c’est une opportunité qui nous est offerte de porter cette affaire  >>lire la suite...

OSCE - L’Eglise de Scientologie dénonce : les pouvoirs publics français tentent d’exporter leur politique d’intolérance en Europe
mardi 15 octobre 2013

Lors de la Conférence d’examen sur la dimension humaine de l’OSCE, qui s’est tenue à Varsovie du 23/9 au 4/10/2013, l’Eglise de Scientologie a rappelé les tentatives répétées de la Miviludes pour convaincre les voisins européens de la France du bien-fondé de sa politique d’intolérance à l’encontre des  >>lire la suite...

Interview de Bashy Quraishy : le célèbre journaliste et militant des droits de l’homme a été pris à partie lors de la Conférence annuelle de la FECRIS à Copenhague
mercredi 9 octobre 2013

1. Qui est Bashy Quraishy ? 2. Résumé de quelques extraits 1. Qui est Bashy Quraishy ? Il est né en Inde, mais a grandi au Pakistan. Il est membre de plusieurs commissions, comités et conseils concernant les Droits de l’homme, les questions d’égalité ethnique ou religieuse, l’anti-racisme,  >>lire la suite...

Dernière vidéo

* MIVILUDES : La vérité sur des mensonges
* MIVILUDES : La vérité sur des mensonges

Ouvrages et dossiers

  • Les reconnaissance religieuses de la Scientologie en Europe et dans le monde Les reconnaissance religieuses de la Scientologie en Europe et dans le monde
  • The new heretics of France The new heretics of France
  • Réveil du religieux, éveil de la société Réveil du religieux, éveil de la société
  • France 2012, Inquisition en bande organisée France 2012, Inquisition en bande organisée
  • Liberté d'accès aux documents administratifs Liberté d’accès aux documents administratifs
  • La liste noire, un rapport sous influence La liste noire, un rapport sous influence