N°46

 
dernière parution

Edito : Le pouvoir et l’argent

jeudi 8 août 2013

Edito : Le pouvoir et l'argent

J’ai toujours été perplexe devant ce qui me semble constituer un paradoxe : d’un côté la France est foncièrement démocratique, et de l’autre c’est l’un des rares pays où des structures étatiques et para-étatiques sont mobilisées contre les minorités religieuses.

Les derniers rapports de la Miviludes (Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives sectaires) – précisément une structure gouvernementale – viennent de m’éclairer. Jusqu’ici, la Miviludes s’attaquait à des religions, comme la mienne. Depuis 2010, elle s’attaque aux médecines et thérapies alternatives. Étrange, ou plutôt révélateur.

Pour justifier son attaque, le président de la Miviludes cite un chiffre : 4 Français sur 10 auraient déjà fait appel à une thérapie ou à une médecine alternative. Je ne connaissais pas ce chiffre extraordinaire mais, si le concept de démocratie a un sens, le phénomène dont il révèle l’ampleur mérite le respect, ou au moins la curiosité. Notre pays dispose de l’un des meilleurs système de santé du monde, et l’on sait que les conditions économiques sont difficiles aujourd’hui : si nombre de Français se tournent malgré tout vers des soins non remboursés, il pourrait être intéressant de se demander pourquoi ! Au lieu de cela, la Miviludes agite le drapeau rouge du danger, et quelques autres drapeaux comme le charlatanisme et l’escroquerie. Ainsi, l’attaquant se révèle. D’abord en insistant sur les dangers et en proposant tout un système d’alertes – en bon français « dénonciations ».

En supposant fiable le chiffre cité de 40%, je suis prête à parier qu’il représente beaucoup de Français qui, en gros, font confiance à leur médecin mais pas aveuglément, et qui ont aussi été voir ailleurs. Bien loin de signifier un retour à l’obscurantisme, cela témoigne au contraire d’une certaine ouverture d’esprit et cela montre aussi que nombre de gens prennent en main leur propre santé. Vous trouvez cela choquant ?

L’attaquant se révèle ensuite par la simplification abusive. Il y a probablement à boire et à manger dans la multitude des médecines et thérapies alternatives. Mais pourquoi tout stigmatiser en bloc ? Faut-il rappeler que les pratiques les plus établies aujourd’hui ont été un jour des idées nouvelles qui souvent ont été critiquées avant de s’imposer, d’ailleurs au bout d’un temps parfois très long ? Le cas du hongrois Ignác Semmelweis en est un exemple classique. Au milieu du XIX° siècle, ce médecin avait découvert que la mortalité des femmes à l’accouchement était considérablement réduite s’il imposait des règles précises d’hygiène. Malgré les résultats spectaculaires de l’hôpital où il exerçait, ses observations furent critiquées et rejetées. Ce n’est que quelques décennies plus tard que la notoriété des travaux de Pasteur réussit à introduire et surtout généraliser les principes d’hygiène que nous connaissons aujourd’hui. Qu’on le veuille ou non, l’histoire est ainsi faite. Un exemple contemporain, qui illustre bien la difficulté d’établir des frontières rigides, est celui de l’ostéopathie. Enseignée dans plusieurs pays depuis quelques décennies et pratiquée par des milliers de professionnels dans le monde, elle fut autorisée en France par une loi de … 2002. Avant cette date, elle aurait donc figuré dans le rapport de la Miviludes !

C’est le dialogue permanent entre les savoirs établis et les nouvelles idées qui a permis le progrès des savoirs et des pratiques. Seules des dérives réactionnaires peuvent, ici ou là, condamner ce dialogue. La Miviludes semble donc chagrine de constater que de plus en plus de Français décident de manger bio quand cela leur chante ou quand ils en ont les moyens, d’aller voir un thérapeute en plus de leur médecin et de s’intéresser à d’autres approches, traditionnelles, venues d’ailleurs ou nouvelles. J’imagine qu’elle est également très contrariée de voir que toute grande librairie consacre aujourd’hui un large espace à l’amélioration personnelle, à la nutrition, aux médecines alternatives ou à la spiritualité. Car cela répond à un intérêt. Il ne m’appartient pas de porter un jugement de valeur sur ce qui est proposé, mais je tiens à dire haut et fort que cet intérêt, ces démarches, ces aspirations sont respectables.

Pour finir, je citerai Michel Schiff qui a publié en 2003 La Science aveugle (Editions Sang de la Terre). Ce livre fort intéressant, bien documenté, intelligent, redevient d’actualité après le rapport de la Miviludes. Voici ce que dit l’ancien chercheur du CNRS dans sa conclusion : « Si les valeurs démocratiques telle que la pluralité d’opinions et le respect des choix minoritaires étaient mises en œuvre dans la science et dans la médecine, tout le monde serait gagnant, à part ceux pour qui le pouvoir et l’argent sont plus importants que le savoir et le bien-être général »

Danièle Gounord

Recherche

Brèves

Célébration de la journée mondiale de l’aide humanitaire (Vidéo)
jeudi 28 août 2014

Célébration de la journée mondiale de l’aide humanitaire (Vidéo)  >>lire la suite...

Notre lettre d’information d’avril 2014 est parue
jeudi 1er mai 2014

Sommaire : La Scientologie reconnue comme religion au Royaume Uni La Scientologie inaugure son nouveau centre spirituel, une cathédrale pour le futur L’Eglise de Scientologie lance une campagne d’information sur les actions humanitaires de ses « ministres volontaires » Lire la lettre  >>lire la suite...

17 Octobre : NOUVELLE RECONNAISSANCE DE LA SCIENTOLOGIE EN EUROPE
jeudi 17 octobre 2013

LA SCIENTOLOGIE EST PLEINEMENT RECONNUE COMME RELIGION ET ASSOCIATION D’UTILITE PUBLIQUE EN HOLLANDE La Cour d’Appel fiscale d’Amsterdam a rendu aujourd’hui 17 octobre 2013 une décision historique dans laquelle elle conclut que : « L’Eglise de Scientologie d’Amsterdam est confirmée comme étant une  >>lire la suite...

L’Eglise de Scientologie annonce porter l’affaire devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme, « loin des pressions de l’exécutif »
mercredi 16 octobre 2013

Cet arrêt est une première victoire en ce sens qu’il a définitivement débouté l’unique partie civile, l’association UNADFI, qui était venue polluer les débats illégalement tout au long du procès. En ce qui concerne le rejet du pourvoi, c’est une opportunité qui nous est offerte de porter cette affaire  >>lire la suite...

OSCE - L’Eglise de Scientologie dénonce : les pouvoirs publics français tentent d’exporter leur politique d’intolérance en Europe
mardi 15 octobre 2013

Lors de la Conférence d’examen sur la dimension humaine de l’OSCE, qui s’est tenue à Varsovie du 23/9 au 4/10/2013, l’Eglise de Scientologie a rappelé les tentatives répétées de la Miviludes pour convaincre les voisins européens de la France du bien-fondé de sa politique d’intolérance à l’encontre des  >>lire la suite...

Interview de Bashy Quraishy : le célèbre journaliste et militant des droits de l’homme a été pris à partie lors de la Conférence annuelle de la FECRIS à Copenhague
mercredi 9 octobre 2013

1. Qui est Bashy Quraishy ? 2. Résumé de quelques extraits 1. Qui est Bashy Quraishy ? Il est né en Inde, mais a grandi au Pakistan. Il est membre de plusieurs commissions, comités et conseils concernant les Droits de l’homme, les questions d’égalité ethnique ou religieuse, l’anti-racisme,  >>lire la suite...

Dernière vidéo

* MIVILUDES : La vérité sur des mensonges
* MIVILUDES : La vérité sur des mensonges

Ouvrages et dossiers

  • Les reconnaissance religieuses de la Scientologie en Europe et dans le monde Les reconnaissance religieuses de la Scientologie en Europe et dans le monde
  • The new heretics of France The new heretics of France
  • Réveil du religieux, éveil de la société Réveil du religieux, éveil de la société
  • France 2012, Inquisition en bande organisée France 2012, Inquisition en bande organisée
  • Liberté d'accès aux documents administratifs Liberté d’accès aux documents administratifs
  • La liste noire, un rapport sous influence La liste noire, un rapport sous influence